Skip to content

Marseille, capitale de la contre-culture?

22 juin 2013

See on Scoop.itARTPOL

« Dans « Marseille burning’s », l’écrivain Cédric Fabre égratigne l’image de la Capitale européenne de la culture. Décoiffant.

 

London’s burning, chantait, en 1977, le groupe Clash. Marseille’s burning, s’époumone, en 2013, Cédric Fabre. Même verve pamphlétaire, même énergie rageuse. Dans ce roman noir, l’écrivain fait voler en éclats la vitrine proprette de la Capitale européenne de la culture. Croisant les destinées d’élus politiques et de caïds des cités, suivant à la trace un performeur subversif et un rocker hanté par la guerre en ex-Yougoslavie, il dévoile la contre-culture de la ville qu’il habite. Des villas cossues où se tournent des films expérimentaux aux barres HLM où les jeunes tiennent les cages d’escalier, la cité phocéenne brûle de mille feux. Règlements de comptes à tous les échelons, trafics de drogue et d’influence, misère sociale… Un vent de contestation souffle sur la Canebière. »

See on www.lemonde.fr

Publicités

From → Uncategorized

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :