Skip to content

EMBALLE MOI IDIOTE! (DESHABILLEZ MOI!)

7 mars 2008

peintures d’Amour (suite)

L’amour c’est se regarder l’un l’autre? (poussif, non?)

De même que dans « La trahison des images » (« Ceci n’est pas une pipe »), Magritte pointe ici, encore et sans relâche, la tromperie des images, voire aussi celle des belles formules éculées… mais pas nécessairement pour s’en affliger, peut-être plutôt pour en user de manière joueuse et amusée. La peinture de Magritte est une peinture qui nous emballe, mais, ne nous emballons pas!

Pour vivre heureux vivons cachés? (et couchés?)

Magritte nous « dévoile » d’autres sens aux choses derrière leur apparence, derrière leur éventuel unique sens premier. Ses tableaux fonctionnent un peu comme des énigmes-rébus… ,comme l’addition de composantes, dans toutes situations, dont le résultat de l’assemblage est plus que la seule somme des parties… Magritte est un révélateur, un exhausteur de sens, je dirais même un indicateur, si ce mot n’avait de fâcheuses connotations…

L’amour c’est regarder ensemble dans la même direction? (ah! les horizons flamboyants des lendemains qui chantent, forcément, les lendemains chantent toujours, c’est les surlendemains qu’on déchante,…vers un avenir radieux, forcément radieux…)

Une énigme-mystère destinée à en démasquer d’autres, car contribuant à en dévoiler la mécanique. En essayant de comprendre ce qu’a pu vouloir suggérer Magritte, nous allons chercher parmi toutes nos ressources mentales d’images et de mots, et d’associations possibles. Et ses titres, au lieu de n’être que de banales légendes, stimulent et orientent cette curiosité et cette réflexion-investigation-conscience en action.

L’amour rend aveugle ? (et le mariage rend la vue???) En attendant, on peut toucher? (seulement avec les yeux, ahahah!…)

Mais avant même cette démarche analytique le tableau s’est donné à apprécier immédiatement.

L’amour est il un lent dévoilement? (« Déshabillez-moi! »…;-D)

On est évidemment à des « années-lumière » des effets pseudo-surréalistes aussi « grands », et grotesques que grandiloquents et massifs des araignées géantes au plat fond de Louise Bourgeois dont on nous bourre les médias actuellement, triomphe de l’inconsistance, du toc et de l’esbrouffe, de la superficialité (« l’époque voudrait elle cela », vraiment?) dans la lignée des montres molles, girafes en feu, et autres pires effets graphiques et racoleurs, de poids et de taille, de Dali, que Magritte, subtil inventeur, surréaliste profond, n’estimait pas vraiment… (même si Dali a parfois produit des oeuvres vraiment intéressantes, prenantes et fines, si si).

Alors? L’amour est-il dans « de beaux draps »? (et l’Art?)

Magritte peignit plusieurs versions de ce tableau, ainsi que du thème du baiser…

Dansons, joue contre joue, joue le chat, joue la souris?

Emballe-moi, idiote!… (…Kiss me stupid!)

visuel: Magritte – Les Amants

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Magritte
http://avatarzen.blogspot.com/search/label/Magritte

http://vangauguin.boosterblog.com/

Publicités

From → Non classé

8 commentaires
  1. Encore une fine analyse…salée, sucrée, poivrée. Les tableaux de Magritte nous happent toujours. Même si l’on ne se penche pas réellement sur ses oeuvres, ils nous restent en tête fidèlement, accompagnées justement de questionnements inconscients (expérience propre). Sinon, bizarrement ce soir énormément de peine à lire les articles. Ceci dû à la (sur) brillance de l’écriture. Il y a eu un changement ou est-ce mon ordi ?Belle et fructueuse fin de soirée.

  2. Merci.// Je change régulièrement l' »emballage » du blog, peut-être l’une des variations était elle un peu « limite »…?…;-DBonne continuation

  3. Ceux-ci s’aimeront tant qu’ils pourront se maintenir sous le voile des illusions : tout un art ! Peintures d’amour… c’est un pléonasme sans doute !

  4. carole:Intéressante interprétation.Aimer aussi est un art, et les artistes sont aussi rares à cet art là :-)Pourquoi le voile masquerait il une illusion?

  5. Ce n’est pas ce que j’ai dit. Le voile ne MASQUE pas l’illusion. Le voile EST l’illusion, il la symbolise.

  6. Ce commentaire a été supprimé par l’auteur.

  7. Ok carole! Pas besoin de me le dire 2 fois…:-) (problème de personnalités multiples?)Toute peinture est sujette à de multiples interprétations, particulièrement le surréalisme.Vous suggérez donc que, dans cette peinture, l’amour des personnages pourraient ne pas survivre à la disparition des illusions, symbolisées par le voile… Pourquoi? Pourquoi pas?…Le sentiment amoureux (déjà ça, c’est bien difficile à définir et à s’accorder sur un concept commun) recèle sans doute une part idéale, illusoire. Qui peut être tempérée sans dénaturer les sentiments. Et l’élan du désir, quant à lui, n’a rien d’une illusion…, et est une composante bien aussi importante, non ?…merci de vos précieuses précisions.

  8. Je suggère qu’ils s’aiment parce qu’ils se voient comme dans un rêve. Comme le peintre nous transmet la réalité telle que la voit son imagination. Ce n’est pas péjoratif : c’est poétique ! « entre tes yeux et les images que j’y voisIl y a tout ce que j’en pense » (Eluard – Telle femme, principe de vie, interlocutrice idéale)(Au fait merci du détour par mon blog qui n’intéresse personne)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :