Skip to content

CIEL, DU BOUDIN!…

5 février 2008

…Donc, l’équanimité n’est pas ma principale qualité (mais je me soigne…;-D)

L’humeur varie, donc, ces temps ci, comme, « dit-on », celle des femmes, comme le temps, bien fol qui s’y fie… Poil au parapluie.

Le prochain thème à l’abordage « devrait » être, selon mon avertissement d’il y a quelque temps, l’Aaaamouuuur (cause toujours!), mais, en ce moment, « Parlez moi d’amour et j’vous fous mon poing sur la gueule (sauf le respect que je vous dois) » comme chantait Georges. D’autant, que si le thème est vaste et fructueux, les tableaux incorporant « amour » dans leur intitulé, sont rares (et ce qui est rare est cher, chers amours). Ainsi, ensuite, la recherche iconographique va donc naviguer à vue entre la galère et la pêche à la ligne… Alors, ça mord, mon amour?…

Et donc, puisque nous étions dans la lune pour l’article précédent, petit détour momentané, nous allons tenter de continuer de nous élever, vers les étoiles et vers les nues…, et au dessus du merdier ambiant (Tiens d’ailleurs! Dans l’album Marquee Moon évoqué précédemment, coïncidence, un autre excellent morceau s’intitule justement, « Elevation »…;-D). J’ai donc décidé, à l’écrasante majorité et unanimité de ma voix (et que j’entende pas « dictateur! » sinon mon autre poing point…), de chercher un peu d’air, de lumière, de calme, de repos, de tranquillité, de plénitude, de sérénité, ne parlons pas d’espoir, arrêtons là les conneries, en levant les yeux « ô! Ciel! ». Je ‘suis pô le premier, n’est-ce-pas, je ‘serai pô le dernier…

C’est donc parti pour une leste série céleste; mais pour les éclairs (au chocolat?) et le coup de foudre, faudra attendre, les gourmandes!…;-D

Peintures du ciel, parfois clair, lumineux, serein, immaculé, parfois sombre, tourmenté, ténébreux, confus, violent, ciel d’avant l’orage, ciel de pendant l’orage, ciel d’après l’orage, ciel de jour, ciel de nuit, ciel de lit, ciel réel ou symbolique, métaphorique, porteur d’espoir ou au contraire prêt à nous tomber sur la tête…

Presque toutes les époques et les écoles de peintres ont produit leurs artistes « éthérés », des anciens classiques et leurs connotations religieuses, aux surréalistes, en passant par les grands maitres paysagistes, les romantiques évidemment, les impressionnistes, et « même »… parfois, mais, « bien-sûr », de manière plutôt violente et déchirée, les expressionnistes…

Commençons donc par celui qui est dit-donné par certains comme le grand « champion » français des marines (et des ciels), Eugène Boudin. Il parait évident que les paysages marins, de par leur horizontalité, leur planéité (et non pas platitude), leur relatif dépouillement vers l’essentiel… (celle-là elle ‘a pas été calculée…) sont aussi propices à révéler-exhausser (non, pas exaucer!) la beauté du ciel. Espace ouvert peut-être infini cherchant son reflet océanique et ondulant…

Equanime toi-même, donc! (donc? un con à l’envers, avec un dé…)

……
Publicités

From → Non classé

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :