Skip to content

FETE ART!…

18 décembre 2007

La fête illustrée (suite)

Un « déjeuner sur l’herbe »…, un pic-nic érotique…, « sous le soleil, à peu près »…, « buffet campagnard gratuit », « boissons à discrétion » (komondit), autrement dit « à volonté », et puis peut-être (« sans-doute »), sieste « améliorée »…, … »La Vie, la vraie, aux champs »…, « roulés dans le foin », « avec le soleil pour témoin »…et la mer… toujours, en arrière plan… toujours renouvellée… Ambiance bucolique, champêtre, sentiment océanique …

La fête est un art, l’art est une fête !

Un homme, une femme,…Douceur de vivre… Fraicheur de vivre… (un peu léger négligé, les chouingum, non ?) Deux hommes, deux femmes, … Trois hommes, trois femmes, et plus si affinités…

Titien re-présentait déjà, de son « point-de-vue », une époque (imaginée ?) passée…, de son passé. Quelques siècles plus tard, nous contemplons cette vision passée, d’une époque très passée, sur-passée, dépassée? La réalité s’envole, les rêves des hommes (et des femmes) restent… Rêve de paradis terrestre, peut-être…, archétype mental de l’Humanité, comme l’a si pertinemment décrit Jung.

Elle est pas belle la vie ?!… (quand la publicité ne reprend pas, en les pourrissant par là-même, des belles formules toutes simples toutes pures toutes sereines)

Loin des remparts et des contraintes et carcans de la cité, hors les murs (extra muros), détente, libations à Bacchus, danses, ivresse, insouciance, yeux doux, nudité, libération des sens, petit amour qui se dévoile, et qui a posé à l’écart son arc, ses flèches et son carquois, sensualité, odalisque en bronzage intégral (forfait super méga spécial hyper coule au gymnase-clone du coin), tout reste dans ce qui est représentable à l’époque de l’artiste, mais tout est connoté, suggéré, tout est « à tiroir », ellipse, symbole, « allez gorille! », tout est introduction…, oui mais de quoi? peut-être d’autre chose que de « çà »… Bacchanale oui, mais si loin de la partouze-boucherie étalage de barbaque triste (bareback ?)…

On pense aussi au « Bonheur de vivre » de Matisse, au « Déjeuner sur l’herbe » de Manet, au « Temps d’harmonie » de Signac… Breughel fit un « Pays de cocagne »… et probablement d’autres…

Un tableau que Rubens copia presque trait pour trait, en y apportant « seulement »… sa touche rythmée, une fluidité, un élan, une légèreté, une suggestion de mouvement, qui font peut-être un peu défaut ici… mais l’original, c’est Titien.

La Fête est un Art, l’Art est une Fête.

visuel: Titien: les Andriens, ou Bacchanale.

http://vangauguin.boosterblog.com/

Publicités

From → Non classé

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :